Atelier de spiritualité chrétienne

“Apprendre l’Essentiel”

L’Atelier de Spiritualité Chrétienne, une expérience extraordinaire ! Vivre sa spiritualité avec ses sens, son corps, toute sa personne. Lâcher prise petit à petit, apprendre l’Essentiel. Simple et compliqué car notre nature reprend le dessus. Découvrir qu’une discipline est souhaitable. Méditer, lire, créer , faire silence. Se sentir accompagné. Semaine après semaine, approfondir et chasser ses vieux démons sur l’Eglise. Un cadeau inestimable que j’ai reçu et que j’ai osé accepter.

Gabrielle, août 2018


“J’ai renoué avec le christianisme”

Cet atelier m’a fait découvrir et vivre un paradoxe inattendu : la levée d’un tabou, en lien avec l’apparition d’une zone d’intimité…

  • la levée d’un tabou qui régnait en moi sur la peur et la détestation de toute forme de religiosité, de piété en lien avec des formes et des mots vides de sens.

J’ai entendu une Parole qui s’adressait à mon cœur et à mes sens, à mon monde interne vivant, en lien avec mon corps et son expressivité… et cela, grâce à toutes les expérimentations régulièrement proposées, chant, méditations, créativité, lectios…

  • la création d’une intimité particulière en moi en lien avec l’Au-delà de tout, à la fois au-dedans et au-dehors de moi, lieu nouveau protégé par l’immense respect des animateurs pour ne rien imposer, ni foi ni croyances.

Ainsi j’ai renoué avec le christianisme, comme on revient à sa famille d’origine que l’on peut désormais aimer et accepter. Au-delà des formes et des représentations, je peux entendre un message vivant, nourri par la sagesse et les expériences de ceux qui ont pu croître et témoigner depuis si longtemps.

Cet espace profond et source de Vie est un chemin de transformation.

Odile, juillet 2018


“Renouer avec la Source cachée de mon être”

« C’est impossible » dit la fierté ! « C’est trop risqué » dit l’expérience ! « Ca n’a pas de sens » dit la raison ! « Essayons » ! murmure le cœur. Oui ! Ravie d’avoir écouté ce cœur le 2 déc. 2016  pour me lancer dans cette passionnante aventure de l’ASC, un chemin de découverte de soi, de l’autre et du Tout-Autre. De fait, cette formation qui s’étend sur 18 mois m’a grandie, m’a délogée d’une zone de confort voire d’inconfort, pour me conduire sur un chemin  d’ouverture, de remise en question de soi et par là de croissance, sous la houlette de 5 formidables coachs ! Un chaleureux merci à eux ! 😉

Aujourd’hui c’est avec plus d’acuité que j’observe ce chemin parcouru…  Mais, n’est-il pas facile d’enjoliver la réalité et d’éclipser le tragique de la vie ?… J’avoue que maintes fois j’ai galéré le mardi soir, rattrapée par de vieux démons… De plus, dans l’être-ensemble il existe une dynamique de vie colorée de joie, de découverte, d’amitié, de complicité… mais aussi de moments de tristesse engendrés par des séparations, malentendus,  deuils etc… Merci ! A tous mes compagnons de route côtoyés au départ et rencontrés au fil des mois ! Que de belles surprises ! Et ce n’est pas fini !…

Merci ! A mon accompagnatrice spirituelle qui avec beaucoup de tact et de finesse a su m’écouter lors de nos rencontres  et m’orienter vers un recentrage de l’être…

Merci ! A Etty Hillesum pour laquelle j’ai un profond respect et une grande admiration ! Elle est un Maître Spirituel, son Journal  « Une vie bouleversée » qui était le fil rouge de l’ASC restera toujours un guide de vie !

Bénis le Seigneur ô mon âme !” (ps 103). A chaque respiration Il m’invite à plus de vie ! A sortir de mon sommeil,  à renouer avec la Source cachée de mon être, à descendre pas à pas dans « ce puits » où Il est si souvent « enseveli » ;  à « le déterrer » à nouveau ; « l’aider à ne pas s’éteindre en moi » ;  à accepter mes ratages,  mes ressources, affronter mes peurs, oser ma singularité, me réjouir et m’engager dans ce monde avec mon histoire. «Il me semble parfois, que ma vie ne fait que commencer » !… (Citations d’E. Hillesum)

Anna, juillet 2018


“Cet atelier m’a redonné le goût du sacré”

Je termine cet atelier avec un sentiment de profonde gratitude d’avoir vécu une expérience individuelle et de groupe originale et de grande qualité.

L’originalité tient au fait qu’elle impliquait chacun en tant que personne entière, tant au niveau du corps, des sens, des émotions qu’à celui de l’intelligence ,du savoir et de l’âme. Nous avons  échangé, médité, chanté,dansé et beaucoup créé, dans une atmosphère de bienveillance et de non jugement  rendue possible grâce à l’authenticité et l’implication personnelle remarquables de nos 5 guides-anges gardiens.

Cet atelier m’a redonné le goût du sacré.

Martine, juillet 2018


“Renaissance vers ma foi et la confiance en ce qui est”

Assise au bord du chemin de ma vie, j’étais fatiguée de chercher quelque chose en plus pour saisir le sens réel de mon existence. Pourtant j’étais comblée par ce qui m’entourait. La vie m’avait donné une famille, des expériences variées, des parcelles de bonheur, des épreuves que j’avais pu traverser et en découvrir les cadeaux. J’avais voyagé dans le monde, rencontré de belles personnes, des sages et des moins sages! J’avais appris à leurs contacts et forgé ma personnalité.Mon bagage de vie était bien rempli et pourtant je ressentais encore plein de doutes, d’incertitudes, de questionnements qui me faisaient chercher tous azimuts des réponses. Cela ne me comblait pas complètement! J’avais la sensation que ma spiritualité était présente, mais que je n’arrivais pas à y mettre une couleur ou des mots.

Un jour que j’étais dans le brouillard, j’ai rencontré un ami qui m’a parlé de L’ASC. Quelque chose en moi a accepté de m’inscrire, bien que le mot «chrétien» ait réveillé toutes mes craintes et fait émerger les relents de mon passé protestant qui était entaché de vieilleries moralisantes, d’images poussiéreuses et de dogmes incompris.

Au cours des mois de cet atelier, j’ai pu mettre de l’ordre dans mes idées et surtout comprendre que je cherchais à l’extérieur de moi quelque chose que j’avais en moi. Le «Je suis» qui m’habite et qui est parcelle du Souffle Divin a pu se redécouvrir au fil des mardis.J’ai pu apprivoiser l’idée à mon rythme. J’ai pu mieux comprendre les textes étudiés dans la Bible et approcher d’autres auteurs m’apportant un éclairage nouveau sur ma recherche spirituelle. J’ai pu exercer les diverses propositions de méditation pour vivre et ressentir l’instant présent. J’ai pu par le biais de la créativité entrer dans des parties subtiles de mes ressentis et les partager avec le groupe.

Les divers accompagnants ont su m’amener avec respect, vers cette découverte de ce «point numineux» de mon être. Ce cheminement vers soi «seule/ensemble» est une renaissance vers ma foi et la confiance en ce qui est. Elle m’a procuré une réelle sérénité intérieure qui guide mes pas au jour le jour pour «être» tout simplement.

Andrienne, juin 2018


“Lien restauré”

Je me suis sentie accueillie dans ma vérité du moment, de mardi en mardi. Je me suis sentie autorisée à être sans artifices de protection. Je me suis sentie en sécurité. Je me suis sentie pouvoir enfin laisser grandir ce qui n’avait pas pu grandir chez mon enfant intérieur. J’ai expérimenté l’effet matriciant de vos présences engagées et bienveillantes vis-à-vis de moi. Alors, un lien à l’humain s’est rétabli petit à petit, un lien à l’humain du dehors, à l’humain du dedans. Je vous ai fait confiance dès le départ et toujours même en temps de contrariétés. Et pourtant, je ne savais plus faire confiance à l’humain. Je sais pour cela que l’Esprit Saint était de la partie et aussi parce que je me suis sentie libre et bien aimée.

Aujourd’hui, je me sens plus en vérité et en vie pour poursuivre le chemin. Un merci du cœur à cet atelier partagé.

Florence (prénom d’emprunt), juin 2018


“Comme un papillon, désincarcéré de mon moi”

Comment ai-je vécu les 2 ans de l’atelier de spiritualité chrétienne ? Je les ai vécus comme un papillon car j’ai papillonné parfois l’atelier de l’après-midi parfois l’atelier du soir. Je pensais épater la compagnie par mes ailes  largement déployées et je  me suis aperçu que les ailes de mes voisines étaient beaucoup plus belles et colorées déployant beaucoup d’imagination artistiques et de talent spontané  surtout  dans les ateliers proposés par  Anne-Dorcas ce qui m’a ramené à plus d’humilité. Je suis apparu comme le papillon sphinx dont on ne sait jamais trop ce qu’il pense avec un habit brun terne comme son langage  et portant comme seule décoration sur le dos une tête de mort. Pas très gai…

Mais j’ai par contre beaucoup profité de ce qui m’a été apporté pendant ces rencontres. Comme papillon j’ai bien apprécié les décorations florales des arrangements  de Christine et les lectio divina qu’elles a conduites avec talent de la lectio à la contemplatio. Je me suis perché les ailes repliées sur un tabouret pour observer un silence méditatif de tout mon corps et mon esprit en suivant les instructions de Jean-Clément. Gisèle, ma Marraine, m’a toujours accueilli avec respect ce qui m’a honoré.

En écoutant les textes de Etty Hillesum et les commentaires de Nils, je me suis senti porté par une spiritualité qui m’a ouvert des horizons nouveaux. Je pensais être sorti de ma chrysalide et je me suis senti dégagé d’un autre carcan, désincarcéré de mon moi par m’ouvrir plus largement à la permanence de l’Etre dans l’impermanence du moi à l’impersonnel de l’Esprit hors du moi personnel restreint. J’ai éprouvé la sensation d’être en communion avec les autres et avec l’ETRE qui nous dépasse tous, un élan de vie qui nous porte comme il a porté Etty même dans les circonstances dramatiques qu’elle a vécues. J’en suis reconnaissant comme le papillon est reconnaissant du souffle qui le porte lorsqu’il étend ses ailes.

J’ai compris que nous ne sommes qu’une seule personne sous différents aspects, que le malheur comme la mort ne sont que des accidents de parcours, que le mal n’est qu’un effet de la pesanteur morale et qu’au delà du mal et de la mort nous appartenons à plus grand et plus vivant que nous. Je me vois davantage comme un modeste papillon blanc, la pieride du choux qui volète ça et là, content d’être un papillon parmi les papillons, témoin de la grâce de Dieu.

Michel Monod, juin 2018


Prochain parcours